20/03/2012

Archives: l'affaire Carpentras et Larouche

Dans l’entourage de M. Sarkozy, on met en garde : "Il ne faut pas rejouer Carpentras et projeter des interprétations a priori, qui seraient dangereuses pour la cohésion nationale." Source: Tuerie de Toulouse : Sarkozy veut éviter le syndrome de Carpentras

Mais qu'était donc l'"affaire Carpentras"?


L'affaire de la profanation du cimetière juif de Carpentras, dite "affaire Carpentras", faisait suite à la profanation de sépultures juives à Carpentras (Vaucluse). Dans la nuit du 8 au 9 mai 1990, 34 sépultures juives furent profanées (stèles renversées et brisées, cadavres deterres,...) à Carpentras, où vit une communauté juive qui date de l'époque des « juifs du pape ». C'est précisément la cible de cette sauvagerie, son antisémitisme signé qui, dès le début de l'enquête, désignait la piste de l'extrême droite. Et c'est pourtant cette piste qui allait très vite être brouillée par des dizaines d'hypothèses fantaisistes avancées sans l'once d'un fait, parasitées par des témoignages qui s'avéreront sans fondement, abandonnées enfin jusqu'à aboutir au déplacement du dossier de Carpentras à Marseille. 

L'antisémite américain Lyndon Larouche et "maître-à-penser" de Cheminade; de son coté avait (comme d'hab') concocté une vaste conspiration juive sioniste (CJM, ADL, Bronfman, Markus Wolf...) impliquant le KGB... 

Voici ce qu'il ecrivit alors:

Le CJM (Congres Juif Mondial, note) a été pré-mobilisé pour réagir à des incidents antisémites au cours de la conférence juste conclue du 6 au 8 mai (1990, note) à Berlin-Wannsee. La quasi-simultanéité dans le temps de la conférence de Berlin-Wannsee et l'atrocité de Carpentras, est à la fois à couper le souffle et très suspecte. (…)  Lyndon LaRouche souligna les origines soviétiques de l’ADL (la Ligue Anti-Diffamation, note) ses provocations, qu'il compare à la pratique notoire de l’ADL d'avoir des agents peignant des croix gammées sur des tombes juives et des synagogues. "L'opération qui se met en mouvement dans d'exploitation de l'incident du cimetière, et si rapidement" a-t-il dit. "qu’il ne s’agit pas seulement d’une réaction provenant d'un seul endroit, mais la réaction elle-même fait partie d'une opération qui était déjà en route avant l'incident. elle provient d’une opération de Moscou /Bronfman / Markus Wolf , et elle vient dans le contexte des conférences dirigées par Bronfman en Allemagne et les événements de Bronfman en Allemagne et en Europe... L'exploitation des événements est ce que nous attaquons ... L'événement, le processus, la réaction à l'événement, a été organisée et mis en route avant que l'événement lui-même n’ait eu lieu. C'est l'essence même de la preuve ... (…) L'opération vient du KGB de Moscou, via Bronfman et ses acolytes, qui comprennent, bien sûr, les Klarsfeld et le magazine Searchlight à Londres". 

SourceLaRouche on the reaction to Carpentras atrocity (EIR, 18 Mai, 1990)

L'affaire n'est résolue que six ans plus tard (le 30 juillet 1996) quand un certain Yannick Garnier, 26 ans, se présente de lui-même au siège des Renseignements Généraux d'Avignon et avoue être l'un des profanateurs. Ses aveux confirment qu'il s'agissait bien d'un acte antisémite commis par des néonazis. Il dénonce ses quatre complices qui sont arrêtés aussitôt. Le procès débute huit mois plus tard à Marseille, dure une semaine, et le verdict est rendu le 24 avril 1997. Patrick Laonegro, le « cerveau » du commando de profanateurs, et Olivier Fimbry, un ancien militaire, sont condamnés à deux ans de prison, tandis que les deux autres profanateurs sont condamnés à vingt mois. (wikipedia )

L'enquête de police prouvera donc de façon indiscutable que Larouche s'était bel et bien planté (comme d'hab').

Commentaires

Merci pour touts ces infos. On en apprend tout les jours...
Marie

Écrit par : baby sitting | 28/03/2012

Les commentaires sont fermés.